Retour au blogue

Substances chimiques nocives : 8 perturbateurs endocriniens à éviter durant la grossesse

Système endocrinien : quel rôle jouent les hormones?

Nous savons tous que maintenir un régime alimentaire équilibré et faire de l’exercice durant la grossesse sont essentiels pour votre bien-être et celui de votre bébé à naître. Mais il y a un autre élément essentiel, souvent négligé, qui peut également affecter votre santé : votre exposition aux produits chimiques et toxines environnementaux. Vous vous souvenez peut-être vaguement d’avoir étudié le système endocrinien dans un cours de biologie : le réseau d’hormones et de glandes qui régulent et contrôlent l’activité de nos cellules et de nos organes principaux. Bien qu’on n’y pense pas souvent, les hormones coordonnent un grand nombre de fonctions essentielles et jouent un rôle important dans la croissance, la fonction tissulaire, le métabolisme, le système nerveux et le développement reproductif de votre bébé. Un déséquilibre hormonal peut donc engendrer une foule d’effets secondaires. En comprenant comment survient un tel dérèglement, on peut aider à prévenir certains problèmes pouvant affecter un enfant à naître. Découvrez comment certaines substances chimiques, identifiées comme perturbateurs endocriniens, peuvent avoir un impact négatif sur la croissance et le développement sain de votre bébé, et comment s’en protéger au maximum durant la grossesse.

Que sont les perturbateurs endocriniens? Et comment peuvent-ils affecter le fœtus?

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) définit un perturbateur endocrinien comme étant « une substance ou un mélange exogène qui altère les fonctions du système endocrinien et de ce fait induit des effets néfastes dans un organisme intact, chez sa progéniture ou au sein de (sous)-populations ». Autrement dit, les perturbateurs endocriniens sont des substances synthétiques qui interfèrent avec les fonctions hormonales des nourrissons, ce qui peut affecter leur développement normal et entraîner des problèmes de santé ainsi que des handicaps, des maladies et des troubles à long terme. Perturbateurs endocriniens durant la grossesse En effet, les perturbateurs endocriniens (PE) peuvent modifier le fonctionnement hormonal de votre bébé de plusieurs façons :
  • en inhibant, en activant ou en modifiant la production naturelle de certaines hormones et en interférant avec la signalisation cellulaire;
  • en imitant la fonction hormonale et en se substituant aux hormones naturelles;
  • en augmentant la production de certaines hormones tout en diminuant celle des autres, causant ainsi un déséquilibre.
Malheureusement, un grand nombre de polluants environnementaux, de contaminants et de substances chimiques envahissent notre quotidien. En plus d’être présents dans l’eau potable contaminée, les produits alimentaires transformés, les jouets, les récipients alimentaires, les bouteilles de plastique, les médicaments et les pesticides, les perturbateurs endocriniens se cachent également dans un nombre alarmant de biens de consommation comme les produits de soins personnels et ménagers, les nettoyants pour le visage et le corps, les parfums et fragrances, les cosmétiques, les écrans solaires, les détergents à lessive, et bien plus. Lorsqu’elles sont ingérées, absorbées ou inhalées, ces substances peuvent nuire à la santé de votre enfant, surtout durant les étapes clés de son développement : in utero et au cours de la petite enfance. Selon l’Endocrine Society, une organisation internationale spécialisée en endocrinologie, la « fenêtre de sensibilité », soit la période critique de développement, se situe durant la transition de l’œuf fécondé à un fœtus complètement formé. Lorsque les cellules commencent à se développer et à se différencier, un équilibrage hormonal et des modifications protéiques doivent se produire pour assurer un développement normal. Par conséquent, une exposition à des substances chimiques perturbatrices peut causer des dommages considérables au fœtus. L’exposition prénatale aux perturbateurs endocriniens peut nuire au fœtus, surtout pendant le développement des organes. En outre, les jeunes enfants, en particulier les nouveau-nés, sont particulièrement sensibles aux substances chimiques. Étant donné que leurs organes sont encore immatures, ils sont incapables de métaboliser et d’éliminer les toxines, ce qui les rend d’autant plus fragiles aux anomalies développementales avant la naissance et au cours de la petite enfance. Comment se produit ce phénomène? Les PE peuvent interférer avec la programmation génétique de l’enfant à naître, modifiant ainsi la réaction habituelle des gènes aux signaux chimiques normaux qui contrôlent les fonctions corporelles pendant la croissance. Effets des perturbateurs endocriniens sur le foetus En effet, une étude menée par l’Environmental Working Group (EWG) a trouvé des traces de plusieurs molécules chimiques, polluants et produits divers dans le cordon ombilical des dix bébés américains testés. Parmi les 287 produits chimiques détectés dans le groupe, 180 se sont avérés cancérigènes, 217 toxiques pour le cerveau et le système nerveux et 208 pouvant provoquer des anomalies congénitales ou un développement anormal chez les animaux. Une autre étude réalisée par l’EWG a conclu que des problèmes comme le faible poids à la naissance, les naissances précoces, les anomalies congénitales et certains cancers étaient liés aux PE présents dans les cosmétiques et autres produits de soins personnels.

Quelles sont les risques à long terme de l’exposition prénatale aux PE?

Des études ont démontré qu’une exposition accrue à des produits chimiques industriels et à des contaminants peut affecter le bien-être de bébé en provoquant des modifications subtiles, mais importantes, qui peuvent se manifester plus tard dans l’enfance ainsi qu’à l’âge adulte : troubles cognitifs, émotionnels et affectifs, déséquilibres du système nerveux et autisme. Les répercussions à long terme dépendent du type et de la quantité de substance chimique à laquelle une future mère et son bébé sont exposés, de même que de la fréquence et de la durée d’exposition. Bien que les chercheurs aient du mal à établir une incidence directe, il semble exister un lien causal entre les dérèglements hormonaux et l’exposition continue aux perturbateurs endocriniens, bien que de nombreuses études soient en cours pour mieux comprendre cette corrélation. De plus, la présence de PE dans les biens de consommation courants peut également exacerber les niveaux de toxicité, conduisant ainsi à un « effet cocktail ». Bien que très peu actifs en soi, certains produits chimiques ont la capacité de se lier simultanément à un récepteur situé dans le noyau de la cellule et de s’activer de manière synergique. Une exposition prolongée aux PE en bas âge peut potentiellement engendrer de nombreux problèmes de santé à l’âge adulte, comme le cancer, le diabète, des problèmes de fertilité, des troubles neurodégénératifs, etc. Les troubles à la hausse observés dans les dernières années, dont l’infertilité, le trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), l’autisme, le diabète, les problèmes de thyroïde et certains cancers, sont désormais liés à l’exposition du fœtus aux PE. Perturbateurs endocriniens chez le développement de l'enfant

Qu’est-ce que cela signifie? Devrais-je éviter certains produits de soins personnels?

Penchons-nous sur les produits de soins personnels : saviez-vous qu’une femme utilise en moyenne 12 produits de soins personnels quotidiennement, s’exposant à environ 168 produits chimiques? Bien que les crèmes pour le visage et le corps contiennent une quantité négligeable d’ingrédients chimiques, lorsqu’elles sont utilisées quotidiennement et sont combinées avec d’autres ingrédients synthétiques présents dans les produits d’entretien ménager et de soins personnels, ces produits chimiques qui pénètrent dans la peau peuvent s’accumuler dans notre corps, alimentant ainsi nos chances de développer des problèmes de santé à long terme.

8 perturbateurs endocriniens communs cachés dans vos produits de soins personnels et d’entretien ménager

Même si nous ne pouvons pas complètement éliminer les PE, il existe huit perturbateurs hormonaux courants que l’on retrouve dans de nombreux produits de soins personnels et d’entretien ménager selon l’Environmental Working Group. Découvrez comment ils peuvent affecter la santé de votre bébé en croissance et comment vous pouvez les éviter.

1) Le bisphenol A (BPA)

Présent dans : les contenants et récipients alimentaires en plastique. Les molécules de BPA pénètrent dans les aliments à partir de récipients en plastique et peuvent facilement se retrouver dans notre corps. Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis (U.S. Centers for Disease Control and Prevention), des traces de BPA se retrouvent dans le corps de 93 % des Américains. Et d’après une étude menée par l’EWG, le BPA a été détecté dans le cordon ombilical de 9 échantillons sur 10. Cet œstrogène synthétique peut tromper le corps en imitant l’hormone naturelle. Les BPA ont été liés au cancer du sein et à d’autres types de cancer, à des problèmes de reproduction, à l’obésité, à la puberté précoce et à certaines maladies cardiaques. Comment l’éviter? Assurez-vous que les emballages en conserve et les contenants plastifiés que vous achetez ne contiennent pas de BPA. Recherchez plutôt des emballages plastifiés en polyéthylène de haute densité (PEHD). Si vous êtes enceinte, évitez les aliments en conserve et les plastiques portant le signe « PC », pour « polycarbonate ». Pour plus de conseils, consultez le guide sur le BPA de l’EWG.

2) Les phtalates

Présents dans : les contenants et jouets en plastique, fixatifs, vernis à ongles, parfums, produits d’entretien ménager et produits de soins pour les cheveux. Les phtalates, comme le dibutyl phthalate (DBP), sont des plastifiants synthétiques utilisés, entre autres, pour prolonger la durée utile des parfums et des fragrances, pour adoucir et renforcer le plastique et aussi pour favoriser l’adhérence à la peau des produits de soins corporels, comme les lotions et les cosmétiques. Les phtalates peuvent être particulièrement dangereux pour les femmes enceintes et les bébés. Les produits chimiques présentent des risques pour le système reproductif, le cerveau et les autres organes en développement. Des études ont également montré que les phtalates peuvent déclencher des changements hormonaux, réduire le nombre de spermatozoïdes et causer des anomalies congénitales, l’obésité, le diabète et des irrégularités de la thyroïde. Comment les éviter? Évitez les contenants alimentaires en plastique et les jouets, ainsi que les emballages plastiques en PVC. Lisez attentivement les étiquettes et évitez les produits qui contiennent du « parfum », car cela peut parfois signifier la présence de phtalates.

3) Les filtres UV chimiques

Présents dans : les écrans solaires, les cosmétiques avec protection solaire comme les baumes à lèvres, le maquillage et les produits hydratants.

L’oxybenzone

Présente dans près de 65 % des écrans solaires non minéraux selon la base de données solaire de l’EWG, l’oxybenzone peut non seulement pénétrer facilement la peau, mais peut aussi imiter et perturber les fonctions hormonales. Les recherches indiquent qu’elle peut même perturber le système hormonal des nouveau-nés et peut conduire à un faible poids à la naissance.

L’octinoxate

Reconnu pour son taux élevé d’absorption, cet ingrédient commun dans les produits solaires a des effets néfastes sur le corps. Il peut interférer dans la signalisation cellulaire (communication entre les cellules) et provoquer des changements biochimiques. Des études sur l’octinoxate sur des animaux révèlent une influence directe sur les hormones reproductives. Comment les éviter? Optez pour des écrans solaires minéraux naturels contenant des filtres physiques, comme l’oxyde de zinc non nano, pour protéger votre peau – et celle de votre bébé – contre les produits chimiques et les rayons nocifs du soleil.

4) Les parabènes ou la methylisothiazolinone (MIT)

Présents dans : les produits pharmaceutiques, cosmétiques et de soins personnels, y compris les écrans solaires. Les parabènes, qui sont souvent remplacés par des ingrédients tout aussi préoccupants comme la methylisothiazolinone (MIT), sont des agents de conservation utilisés dans de nombreux produits cosmétiques et de soins personnels. Ils peuvent être associés à des troubles du développement, à un dérèglement immunitaire et à des anomalies reproductives. Bien que le methylparaben soit le plus couramment utilisé, faites attention aux mentions ethyl-, isopropyl-, butyl- et isobutylparaben sur les étiquettes. Ces ingrédients sont répertoriés comme nocifs pour la santé selon l’EWG. Comment les éviter? Lisez attentivement les étiquettes et évitez les produits contenant les parabènes mentionnés ci-dessus.

5) Le triclosan

Présent dans : les savons antibactériens et les savons pour les mains, les dentifrices, les déodorants et les lingettes nettoyantes faciales. Le triclosan est un agent antibactérien présent dans les savons corporels, les savons à mains et les dentifrices, ainsi que dans d’autres produits de consommation comme les lingettes démaquillantes. Lorsqu’il est utilisé fréquemment ou en grande quantité, il peut interférer avec l’hormone thyroïdienne et peut être lié à des problèmes émotionnels et à l’hyperactivité chez les enfants âgés de trois à cinq ans. Selon la Food and Drug Administration (FDA), les dangers que pose cette substance à petites doses chez les adultes n’ont pas encore été prouvés, mais des tests sur des animaux ont révélé des effets hormonaux qui méritent un examen scientifique et réglementaire plus poussé. Comment l’éviter? Évitez les savons « antibactériens » et vérifiez la présence de triclosan dans les dentifrices et de triclocarban (un ingrédient de la même famille) dans les savons.

6) Le BHA et le BHT

Généralement utilisé comme conservateur et présent dans : le rouge à lèvres et les baumes à lèvres, le maquillage, les déodorants, les emballages alimentaires et la gomme à mâcher. Le BHA (hydroxyanisole butylé) et le BHT (hydroxytoluène butylé) sont des agents de conservation synthétiques qui peuvent être absorbés par la peau et affecter le système endocrinien du bébé. Des études ont démontré que des doses élevées de BHT peuvent provoquer des troubles de développement, des problèmes de thyroïde et des problèmes de comportement chez les enfants. Le Centre international de recherche sur le cancer classe le BHA parmi les substances potentiellement cancérigènes. La Commission européenne sur la perturbation du système endocrinien a également inscrit le BHA au rang des substances prioritaires de catégorie 1, sur la base de son niveau de neurotoxicité et de ses perturbations hormonales. Comment les éviter? Le BHA et le BHT doivent obligatoirement figurer sur les étiquettes des produits. Veillez donc à les surveiller dans les cosmétiques, les produits de soins personnels et les produits alimentaires.

7) Les phénols

Présents dans : les crèmes à raser, les lingettes jetables, les cosmétiques, les plastifiants, les détergents, les émulsifiants, les teintures capillaires et les médicaments. Les phénols, comme les alkylphénols et les alkylphénols-éthoxylates, sont reconnus pour avoir un effet œstrogénique sur le corps. Une étude épidémiologique réalisée par l’INSERM (Institut national de la santé et de la recherche médicale) sur 500 garçons nés entre 2003 et 2006 et leur mère a dévoilé que l’exposition à certains phénols pendant la grossesse était associée à des problèmes de comportement chez les enfants âgés de trois à cinq ans. Comment les éviter? Méfiez-vous des termes se terminant par « -phenol » sur les étiquettes des produits.

8) Les éthers de glycol

Présents dans : les produits de nettoyage, certains cosmétiques et les peintures. Ces solvants courants « peuvent nuire à la fertilité ou au fœtus ». Des études ont établi un lien entre l’exposition à certains éthers de glycol et des anomalies sanguines et une diminution du nombre de spermatozoïdes. On recense également plus de cas d’asthme et d’allergies chez les enfants exposés aux éthers de glycol provenant de la peinture dans leur chambre. Comment les éviter? Consultez le Guide To Healthy Cleaning de l’EWG et évitez les produits contenant du 2-butoxyethanol (EGBE) et du methoxydiglycol (DEGME).

____________

8 perturbateurs endocriniens dans vos produits ___ Sources : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5295278/#B4-ijerph-14-0002 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3220783/ https://www.ewg.org/research/exposing-cosmetics-cover/myths-and-facts#.WllrIa6nHcs http://www.chemicalsubstanceschimiques.gc.ca/fact-fait/kids_chem-enfants_chim-eng.php https://appprecautionaryprinciple.wordpress.com/2013/12/19/prenatal-origins-of-endocrine-disruption-2/ https://www.ewg.org/research/exposing-cosmetics-cover/toxic-chemicals-threaten-healthy-births#.Wllkvq6nHcv https://www.ewg.org/research/dirty-dozen-list-endocrine-disruptors http://static.ewg.org/pdf/ewg_bpa_guide.pdf?18101461319748203790 https://www.ewg.org/sunscreen/report/the-trouble-with-sunscreen-chemicals/#.WwbiyUgvzIU https://www.ewg.org/skindeep/search.php?query=paraben https://presse.inserm.fr/en/prenatal-exposure-to-endocrine-disruptors-and-behavioral-problems-in-children/29573/ https://www.ewg.org/foodscores/ingredients/7519-ButylatedHydroxyanisoleBHA

Écrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés